Les ondes terahertz

Le rayonnement térahertz est une onde électromagnétique dont la gamme se situe entre les ondes de la 5G, utilisées pour les télécommunications, et le rayonnement infrarouge, très utile pour la vision nocturne. Depuis presque trois décennies, la recherche a travaillé à résoudre les difficultés techniques liées à la réalisation de sources et de détecteurs compacts et performants. Aujourd’hui, il est désormais possible d’utiliser ce rayonnement à des fins industrielles, son pouvoir pénétrant permettant de sonder un panel de matériaux opaques dont le contrôle n’était possible que par des techniques destructives ou dangereuses. Plus particulièrement, la spectroscopie en domaine temporel permet l’émission d’une impulsion térahertz au travers d’un matériau non-métallique, dont les propriétés vont modifier la forme du signal, que l’on récupère alors via un récepteur placé de l’autre côté du matériau à sonder (mode transmission) ou bien du même côté de celui-ci (mode réflexion). La comparaison des signaux émis et reçus permet alors d’en déduire les propriétés du matériaux, et de déterminer la présence de défauts ou de cavités en son sein : on peut ainsi voir au travers des matériaux opaques tout comme l’oeil humain au travers d’une vitre.

Les ondes terahertz

Le rayonnement térahertz est une onde électromagnétique dont la gamme se situe entre les ondes de la 5G, utilisées pour les télécommunications, et le rayonnement infrarouge, très utile pour la vision nocturne. Depuis presque trois décennies, la recherche a travaillé à résoudre les difficultés techniques liées à la réalisation de sources et de détecteurs compacts et performants. Aujourd’hui, il est désormais possible d’utiliser ce rayonnement à des fins industrielles, son pouvoir pénétrant permettant de sonder un panel de matériaux opaques dont le contrôle n’était possible que par des techniques destructives ou dangereuses. Plus particulièrement, la spectroscopie en domaine temporel permet l’émission d’une impulsion térahertz au travers d’un matériau non-métallique, dont les propriétés vont modifier la forme du signal, que l’on récupère alors via un récepteur placé de l’autre côté du matériau à sonder (mode transmission) ou bien du même côté de celui-ci (mode réflexion). La comparaison des signaux émis et reçus permet alors d’en déduire les propriétés du matériaux, et de déterminer la présence de défauts ou de cavités en son sein : on peut ainsi voir au travers des matériaux opaques tout comme l’oeil humain au travers d’une vitre.

Notre utilisation

Chez Optikan, notre expertise se concentre en premier lieu sur l’analyse de ces données : la construction progressive d’algorithmes poussés permet la détection de défauts et la mesure d’épaisseur de différents matériaux qui peuvent être superposés ou non, secs ou humides, avec une précision de l’ordre du micromètre. De plus, ces algorithmes ne limitent pas qu’à des points de mesure ponctuels : nous sommes également capables de reconstruire des images en 2D (cartographies) ou en 3D des objets et de leur structure interne.
pexels-pixabay-220211

Notre utilisation

Chez Optikan, notre expertise se concentre en premier lieu sur l’analyse de ces données : la construction progressive d’algorithmes poussés permet la détection de défauts et la mesure d’épaisseur de différents matériaux qui peuvent être superposés ou non, secs ou humides, avec une précision de l’ordre du micromètre. De plus, ces algorithmes ne limitent pas qu’à des points de mesure ponctuels : nous sommes également capables de reconstruire des images en 2D (cartographies) ou en 3D des objets et de leur structure interne.